Top 5 des leçons apprises durant le NaNoWriMo

Hello tout le monde, comment allez-vous?

Ça y est, le NaNoWriMo 2018 se termine ce soir à 23h59. Et moi j’ai eu fini cette nuit vers une heure du matin ! 😃😃 Avant toute chose, voici mon petit bilan: j’ai écrit 50.471 mots durant ce mois de novembre. J’ai donc réussi mon premier NaNo 😃 Mais plus important encore: mon roman est TER-MI-NÉ ! Wouhou !! 😃🤸‍♀️ Il reste une scène que je voulais retravailler, mais rien à faire ça sort pas. Je la mets donc de côté pour l’instant, j’aurai tout le temps de la réécrire en phase de relecture/correction. Maintenant que cette première ébauche est faite, je vais laisser le texte reposer durant plusieurs semaines, histoire d’y revenir avec un œil plus frais pour cette deuxième phase.

Ceci étant dit, passons à ce qui nous intéresse aujourd’hui.

Vous le savez, c’était ma première participation au NaNoWriMo. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cette expérience a été laborieuse ! Ne vous méprenez pas, j’ai adoré faire ce challenge 😃 Mais je ne m’attendais pas à ce que ça se passe comme ça. A la fois plus facilement et plus difficilement que je l’avais prévu. Plus facilement parce que je ne pensais vraiment pas réussir à écrire 50.000 mots en un mois. Donc de ce point de vue-là, c’est plutôt cool (même si les dernières 36 heures ont été particulièrement intenses, avec un retard de 15.000 mots à rattraper ! 😱). J’ai aussi appris plusieurs choses au niveau psychologique, ce que je n’aurais jamais imaginé ! Mais je vous expliquerai tout ça dans un prochain article.

Le plus difficile par contre, ça a été les leçons que j’ai tirées de cette première participation. Et tout d’abord, l’humilité. Non pas que je me la pète en général ! Mais à l’avenir, j’éviterai de fanfaronner sur mon nombre de mots qui explose durant les deux premières semaines…Parce que c’est juste après que j’ai perdu pied ! 😆😅 Il faudra donc que je me serve de toutes ces leçons lors du prochain NaNo. Pour être sûre de ne pas les oublier, j’ai décidé de les noter. Et au passage de les partager avec toi, jeune Padawan qui envisage de te lancer aussi l’année prochaine. Si ça te dit, c’est par ici :

 

Top 5 des leçons apprises durant le NaNoWriMo

 

Leçon n°1 : Un plan tu feras

NaNo-2018-Winner-Badge

Ok on n’est pas tous des planificateurs de génie, à tout prévoir au détail près. En tout cas pas moi. Mais un minimum de préparation est quand même nécessaire, histoire de savoir où tu iras durant ce NaNo. Sinon tu arrives le 1er Novembre et tu sais pas quoi écrire. J’avais fait un plan de chapitres assez basique avant de commencer (j’en ai parlé ici). C’était la première fois que je faisais ça, et la bordélique/désordonnée/c’est-quoi-l’organisation? que je suis est désormais convaincue du bien-fondé de cette technique. Le fait de savoir où aller m’a vraiment permis d’avancer rapidement au début…Et vous savez à quel moment j’ai commencé à ramer ? Quand j’ai eu fini d’écrire tout ce que j’avais prévu sur mon plan. Je sentais bien qu’il manquait quelque chose, il y avait un truc qui n’allait pas. Mais je ne parvenais pas à trouver quoi. Ce n’est qu’après avoir repris un moment pour évaluer mon plan et réorganiser mes idées que j’y ai vu un peu plus clair. Je l’ai fait à plusieurs reprises durant tout le challenge, et chaque fois ça m’a permis de mieux repartir. Donc même si pour toi les plans c’est cacaboudinbeurk, essaye quand même de prévoir un minimum de structure avant de commencer. Ça te servira de carte (ou de GPS, comme tu préfères) quand tu te sentiras paumé. Ce qui m’amène d’ailleurs à mon deuxième point.

Leçon n°2 : Sache que paumé tu seras

Eh oui, désolée de faire exploser ta bulle d’illusions enthousiastes, mais tu seras inévitablement paumé à un moment ou à un autre durant ce challenge. Que ce soit parce que tu ne sais plus quoi écrire, parce que tu as l’impression que ton texte est nul, parce que tu ne sais plus quel jour on est à force d’être plongé dans l’écriture, ou tout simplement parce que t’es tellement crevé que tu comprends plus rien quand on te parle, il y a d’office un moment où tu ne sauras plus où tu en es. Et c’est normal. Inutile de dramatiser, ça arrive à tout le monde. L’important c’est d’en être conscient avant de se lancer. Quand ce moment arrivera, tu le géreras avec plus de légèreté si tu as gardé cette possibilité à l’esprit en démarrant le challenge. Si tu commences à t’angoisser ou à paniquer en voyant les jours défiler et ton nombre de mots rester au même point, tu ne parviendras pas à passer au-dessus. Il faut au contraire prendre du recul, faire un break, reprendre contact avec le monde extérieur, et normalement ça ira tout seul au bout de quelques jours. Accepte que t’es paumé et souffle un peu. Tu retrouveras ton chemin très vite.

Leçon n°3 : Sur la communauté tu compteras

Non je ne te parle pas de la communauté de l’anneau (mais si tu les connais, présente-les moi! 😄). Je te parle de la communauté des nanoteurs, que j’ai déjà mentionnée dans le bilan à mi-parcours. On est des milliers à tenter l’aventure du NaNoWriMo. Pas la peine de rester dans ton coin, tu ne te rendrais pas service. Cherche d’autres participants, que ce soit dans ton groupe local, via le site officiel, sur Instagram, sur Twitter, sur la lune, peu importe ! Mais trouve un système de soutien. Et je vais être un peu cruelle, mais tes proches ne peuvent t’apporter qu’un soutien limité s’ils ne sont pas lancés eux-mêmes dans l’aventure. Je l’ai déjà dit, je le redis et je le redirai encore : la communauté est capitale durant le NaNo ! Et même après. Trouver un cercle de gens qui partagent notre passion pour l’écriture et qui s’y plongent de la même façon que nous, c’est hyper important. Pour gérer les moments de doute, de découragement, de baisse de motivation…Mais aussi pour partager les joies et les petites ou grandes réussites. En particulier s’il n’y a personne qui écrit parmi nos proches. On peut se sentir très seul dans notre pratique de l’écriture. Et quand ça arrive, il est bon de pouvoir compter sur des collègues qui comprennent ce qu’on traverse et peuvent réellement nous soutenir. Encore une fois je vais être cruelle mon jeune Padawan. Mais autour de toi, tu risques d’être confronté au mieux à des réponses banales (du genre : « Mais ça va aller, t’inquiète ». Alors que toi t’es en pleine crise d’hyperventilation parce que tu viens de tuer un de tes personnages ! C’était nécessaire pour faire avancer l’histoire mais ça ne fait pas plaisir pour autant…). Ou alors tu auras droit à des réponses carrément condescendantes (« Mais oui bien sûr mon chéri, un jour tu publieras un livre… »), voire même méprisantes (« Ça va t’écris juste un livre, pas de quoi en faire tout un plat! ». Ah ouais? Tu veux essayer peut-être? On en reparle après…). Toutes ces réactions ne partent pas forcément d’une mauvaise intention. Mais pour des gens qui n’écrivent pas, les difficultés que tu rencontreras ne sont pas évidentes à comprendre. Autant donc profiter du NaNoWriMo pour trouver une communauté d’auteurs qui savent ce que tu vis, et peuvent t’aider ou t’encourager quand il le faut.

 

NaNo-2018-Winner-Twitter-Header

 

Leçon n°4 : Ton sommeil tu respecteras

Respecte le sommeil. Respecte le sommeil. RESPECTE LE SOMMEIL !!! Oui je l’ai dit trois fois et en criant. Mais c’est parce que je tiens vraiment à le souligner, l’enfoncer, le graver, le marquer au fer rouge…Bref si tu ne devais retenir qu’une seule leçon ce serait celle-ci ! Ménage ton temps de sommeil. Vraiment. Certes les premiers jours tu feras peut-être comme moi. J’étais portée par les ailes de la créativité, je survolais mon texte, enchaînant scènes et chapitres comme si plus rien d’autre n’existait. Six heures, huit heures, douze heures d’affilée…Aucune session n’était trop longue ni trop intense. Mais bon, comme je suis pas Wonder Woman, même si j’aurais l’air trop badass avec sa tenue (promis dès que j’ai perdu 20 kilos je l’essaye ! 😂), il fallait bien que j’aille dormir un peu à un moment ou un autre. Je me contentais alors de six heures de sommeil, pour pouvoir reprendre au plus vite…Y compris quand j’étais restée réveillée 24 heures avant ça. Et ça a marché…Pendant 10 jours ! Après ça je me suis écroulée et il m’a fallu une semaine pour m’en remettre. Une semaine de perdue, où j’ai laborieusement réussi à faire avancer mon word-count. Juste assez pour atteindre les 25.000 mots le 15 novembre, histoire d’être raccord avec la moitié du challenge. Et ensuite plus rien…Ce n’est qu’après m’être autorisée à vraiment récupérer que j’ai pu recommencer à écrire. En ayant les idées beaucoup plus claires aussi, ce qui est toujours mieux. Donc je le répète, si tu ne devais retenir qu’une seule leçon c’est celle-ci : Respecte ton sommeil ! Tu connais le proverbe: Qui veut aller loin ménage sa monture ? Bein pendant le NaNo, ta monture, c’est toi. Alors ménage-toi 😉

Leçon n°5 : Les conseils d’écriture tu fuiras 

Bon j’avoue celle-ci est plus subjective. Elle me concerne personnellement, mais je me dis que c’est peut-être le cas pour d’autres personnes. A un moment durant le challenge, j’avais besoin de sortir de mon texte et de me changer les idées. J’ai donc été faire un tour sur YouTube pour regarder quelques vidéos « Conseils d’écriture ». Et bein ça m’a complètement plombé le moral ! Parce que fatalement tu peux pas t’empêcher de comparer ces conseils à ce que toi tu as écrit. Et tu finis par te dire que t’as fait n’importe quoi depuis le début du NaNo. Tes personnages ne sont pas assez construits, tes descriptions pas assez parlantes, tes dialogues pourris et je te parle même pas de ta structure narrative ! Donc qu’est-ce que tu fais ? Eh bien si tu es quelqu’un de très équilibré, tu relativises en te disant que tu auras le temps de corriger tout ça après le challenge. Si t’es moyennement équilibré, tu te mets à douter de tout ce que tu as écrit, y compris en dehors du NaNo. Et puis si tu n’es pas du tout équilibré (comme moi 😅), tu t’assieds par terre et tu te mets à mâchouiller tes cheveux en pleurant de désespoir…Ou alors tu vas te gaver de séries sur Netflix pour ne plus y penser, au choix…Le fait est que le NaNo, c’est pas le bon moment pour être pointilleux sur la qualité de tes écrits. Le but c’est d’avancer, pas de corriger. Donc si derrière tu commences à écouter les conseils d’écriture d’autres auteurs, tu vas forcément te comparer, et tu vas forcément te dire que ce que t’as écrit jusque-là c’est de la merde. Mais c’est normal ! J’irais pas jusqu’à dire que le but du NaNo c’est d’écrire de la merde à retravailler ensuite, mais presque. Donc pour éviter d’être submergé, voire paralysé, par le doute et l’autoflagellation, évite de chercher des conseils d’écriture pendant le mois de novembre. T’auras tout le temps de faire ça en décembre, quand tu reviendras sur Terre pour souffler un peu avant de corriger ton manuscrit.

D’ailleurs je pourrais même ajouter un deuxième point à cette leçon : Te relire tu éviteras ! Ça rejoint un peu le reste, mais ne gaspille pas ton temps à te relire. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, et moi-même j’ai passé de nombreuses heures à réviser mon texte ce mois-ci. En particulier quand je n’arrivais pas à écrire, histoire de quand même rester connectée à mon roman. Mais en soi, je sais que ce n’était pas une bonne idée. Je dirais que les seuls moments où c’est ok de se relire, c’est juste avant le début d’une nouvelle session d’écriture, pour voir où on s’était arrêté la veille et reprendre le même ton. Mais sinon, tout ce qui est relecture et correction, on laisse ça pour plus tard, tout comme les conseils d’écriture. Tu seras déjà assez stressé durant ton NaNo petit Padawan, inutile d’en rajouter une couche ! 😉

Voilà c’était les cinq leçons que j’ai apprises lors de cette première participation au NaNoWriMo 😃 Est-ce que c’était plus dur que je le pensais ? C’est clair ! Est-ce que j’en ai bavé ? Un peu ouais ! Est-ce que je le referai l’année prochaine ? Carrément ! 😄😜

Mais j’essaierai d’appliquer toutes ces leçons (en particulier: le plan, le sommeil et l’absence de relecture/conseils d’écriture), ainsi que les conseils pour survivre au Nano que je vous avais donnés. Je ne sais pas pourquoi je ne les ai pas suivis finalement, alors que je sais qu’ils sont bons et qu’ils m’auraient permis de vivre un mois un peu plus serein. Je ne referai pas cette erreur en 2019 ! 😜

Si parmi vous il y en a qui ont participé au NaNoWriMo cette année, ça a donné quoi ? Vous avez pu atteindre vos objectifs ? Ou bien vous êtes plutôt passés à côté ? Dites-moi tout 😊

A bientôt

 

6 commentaires sur “Top 5 des leçons apprises durant le NaNoWriMo

  1. Bravo ! 😀
    La scène récalcitrante se débloquera à un moment ou à un autre, et si pas, c’est qu’il faudra la virer. ^_^
    Les plans, c’est le bien. 🙂 (dit celle qui écrivait sans s’en soucier, il n’y a pas si longtemps encore)

      1. Oui, je n’ai fait un vrai plan, chapitre par chapitre, que pour mes deux derniers romans, à l’aide du programme Scrivener – et avant de tout mettre en place, j’avais des tas de notes dans un de mes carnets. Pour le roman avant ces deux-là, Mon ex se marie (et je suis invitée) – qui sort au deuxième semestre 2019 – j’avais surtout des notes, et une chronologie.
        Maintenant, je ne me vois plus travailler sans plan (même si, souvent, l’idée pour chaque chapitre ne tient qu’en une ligne ^^ ).

Un petit mot à ajouter ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.