Conseil d’écriture : corrigez votre roman sur papier

Hello les ptits loups, comment ça va ?

Ça y est, on se retrouve enfin pour un nouveau conseil d’écriture. Mais comme je ne suis jamais fichue de faire les choses normalement, ce conseil d’écriture sera plutôt un conseil de correction ! Bein oui, je suis en plein dedans, alors je vous parle de ce que je connais 😊 Et aujourd’hui, je vais vous vanter les mérites du papier et l’intérêt d’imprimer votre manuscrit avant de commencer à le corriger.

Corriger son roman sur papier : pourquoi ?

Premièrement, il faut bien l’avouer, tenir entre les mains le fruit de ces longs mois de travail est une sensation indescriptible ! 😃😍 Donc avant de vous lancer dans la correction et de vous sentir comme une m*** en voyant toutes les fautes que contient votre texte, prenez un moment pour savourer le fait de tenir physiquement votre bébé en main… Accordez-vous quelques jours pour profiter de cette sensation et soyez fiers de vous. Parce qu’une fois le processus entamé, ce sera bien fini tout ça ! 🤣

Deuxièmement vous n’imaginez pas la différence que ça fait ! J’ai relu et corrigé certains chapitres des dizaines de fois sur mon ordi. Et pourtant, en parcourant le texte sur papier j’ai encore trouvé des erreurs ! Parfois des coquilles, des petites fautes d’orthographe qui avaient échappé à mon attention. Mais surtout des répétitions de mots que je n’avais jamais remarquées, des constructions de phrases un peu bancales, des incohérences, des imprécisions… C’est hallucinant le nombre de choses qui échappent à notre vigilance, même après 15 relectures sur ordinateur ! Je ne pensais vraiment pas trouver encore autant de matière à retravailler…

Il y a un autre avantage à corriger votre manuscrit sur papier, c’est que vous pouvez physiquement voir la progression de votre travail. Le fait de voir la pile de pages déjà corrigées augmenter (et donc celle qui reste à faire diminuer) est un vrai coup de boost pour vous encourager à continuer… Contrairement à l’écran d’ordinateur dont le défilement peut sembler infini. Certes vous avez le nombre de pages sous les yeux mais pour une raison ou une autre, ça n’a pas le même impact que d’avoir physiquement ces pages en main. Votre progression est bien plus flagrante ainsi et donc ça motive…

Mais comme je ne suis jamais d’accord avec moi-même, je me dois de vous dire que parfois c’est totalement l’inverse ! 😅 On peut aussi avoir l’impression que cette maudite pile de papier ne diminue pas et n’en finit jamais ! En tout cas c’est ce que j’ai ressenti à un moment et pourtant mon roman est assez court (129 pages Word). Autant au début, voir les pages défiler me procurait un vrai sentiment de progrès, autant arrivée à la page 85 j’en ai eu ras-le-bol ! J’en avais marre de ces corrections, marre d’avoir l’impression de corriger encore et toujours les mêmes choses (les fameuses répétitions) et surtout j’avais l’impression que la partie « A corriger » ne diminuait pas ! J’ai même fini par faire une overdose de mon propre roman, tellement il me sortait pas les yeux ! Donc voilà, du point de vue visibilité de la progression, le papier peut être à la fois un avantage et un inconvénient. Néanmoins je reste convaincue que c’est bien plus efficace de relire et corriger son manuscrit sur papier, ne fût-ce que pour la détection des erreurs dont je parlais plus haut.

Corriger son roman sur papier
Corriger votre roman sur papier vous aidera à y voir plus clair…

 Il est vrai que pour ce qui est de la réécriture pure et dure de passages entiers, le travail sur ordinateur est plus facile. C’est le cas par exemple quand il y a beaucoup de choses à retravailler au niveau de la structure, du déroulement de l’histoire, ou si vous savez que vous avez des trous à certains endroits. Mais pour ce qui est de l’orthographe, la grammaire, les répétitions etc, le papier sera votre meilleur allié. Tout simplement parce que vous changez la forme, ou plutôt le format, sur lequel vous avez l’habitude de travailler. Cela vous donne donc un regard neuf sur votre manuscrit. Il y a quelque chose dans ce changement qui interpelle plus notre œil (je suppose en tout cas) et permet une correction plus minutieuse.

Après, il est très difficile d’être sûr à 100% qu’on a corrigé tout ce qui posait problème. Fatalement au bout de la trentième relecture on le connait par cœur notre texte. Et notre attention baisse peut-être un peu. Heureusement, vos bêta-lecteurs peuvent aussi aider de ce point de vue là. Si vous avez choisi de d’abord peaufiner votre texte avant de faire appel à eux, vous pouvez leur demander de vous signaler les éventuelles erreurs qui seraient encore passées entre les mailles du filet. L’autre option étant aussi de faire appel à un relecteur/correcteur professionnel, si vous pouvez vous le permettre financièrement.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui. J’avais vraiment envie d’aborder cette question de la correction sur papier parce que j’ai rarement lu ou entendu ce conseil. Que ce soit dans des livres, sur des blogs ou des chaînes YouTube dédiées à l’écriture. Cela dit c’est peut-être parce que ça tombe sous le sens pour tout le monde sauf moi ! 😅 Mais vu que j’ai été confrontée à cette différence de perception entre l’écran et le papier, je me suis dit que j’allais vous faire profiter de mon expérience (aussi petite soit-elle). 😊

Et vous alors, pour vos corrections vous êtes plutôt papier ou ordi ? N’hésitez pas à me donner votre ressenti en commentaire 😃

A bientôt 😘

8 commentaires sur “Conseil d’écriture : corrigez votre roman sur papier

  1. J’avais fait toutes mes corrections sur ordinateur, et c’est seulement au moment où mon éditrice a finalisé la maquette et m’a demandé de valider le bon à tirer avant l’impression que j’en ai eu une version papier. En même temps, mon roman est assez long (220 pages word) donc heureusement que je ne me suis pas amusée à en imprimer des tas d’exemplaires pour les jeter ensuite…
    Mais je suis d’accord avec toi, j’ai vu des TONNES d’erreurs que je n’avais jamais remarquées avant ! Je pense que c’était à la fois le changement de format et la nouvelle mise en page, qui faisait par exemple que des répétitions que je ne voyais pas avant sautaient aux yeux quand les mots se superposaient littéralement d’une ligne à l’autre.
    Donc c’est quelque chose que je trouve effectivement assez utile, mais plutôt en fin de processus comme tu le recommandes 🙂

    1. Heureusement que tu t’en es aperçue 😲 Il n’y avait pas eu un processus de relecture et correction au sein de la maison d’édition?

        1. C’est ça qui m’étonne en fait… Que durant le processus de relecture/correction au sein de la maison d’édition, ces répétitions n’aient pas été relevées…

  2. J’imprime toujours, pour corriger avant passage aux bêtas.
    Sinon, sur l’ordinateur, tu peux aussi jouer avec les interlignes ou les marges, comme ça l’aspect de ton texte change. Ou passer d’un programme à l’autre : je rédige dans Scrivener et corrige dans Word. 🙂

    1. Héhé, bonne idée aussi ça, merci ! 😃 Je commence à découvrir Scrivener, mais comme mon roman était déjà complètement écrit sur Word, je l’utiliserai pour le prochain 😊

  3. Je fais toujours la dernière relecture sur papier et tu as entièrement raison, à ce stade, on connaît son texte par coeur. Alors je ruse, pour traquer les dernières coquilles, je relis phrase par phrase en partant de la fin.
    En revanche, pour les phases de réécriture, je travaille sur mon ordinateur.

Un petit mot à ajouter ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.