7 leçons apprises durant la correction de mon roman

Hello tout le monde, aujourd’hui on parle de correction 😃 Je n’ai pas encore tout a fait fini de corriger L’oubliée du lac, mais j’ai quand même déjà appris quelques petits trucs. Et j’ai envie de vous en faire profiter, si ça peut vous aider et/ou vous permettre de ne pas faire les mêmes erreurs que moi durant ce processus 😊

Je vous laisse la vidéo, mais le texte est ci-dessous 😊

 

 

  1. Attendre le plus possible avant de commencer sa relecture. A moins d’avoir une deadline de la part d’un éditeur, essayez de laisser passer au moins quatre semaines entre la fin de l’écriture du premier jet et le processus de correction. Certains diraient même qu’il est bon de faire pareil après le deuxième et le troisième jet aussi. Même si vous pensez que votre manuscrit est aussi abouti qu’il peut l’être, prenez quand même quelques semaines de recul puis faites une relecture finale avant de le publier ou de le proposer à une maison d’édition. Le but étant d’avoir chaque fois un regard neuf sur votre texte…
  2. Ne pas être trop ambitieux. Ne pas se fixer des objectifs trop élevés, du style: Je vais corriger 5 chapitres par jour. Et si vous décidez quand même de fixer de tels objectifs, ne pas dramatiser si vous réalisez que vous ne pourrez pas les atteindre/tenir. Sauf si encore une fois vous avez un éditeur derrière vous, qui vous a fixé une deadline.
  3. Varier les plaisirs. Si vous êtes coincés sur un chapitre qui vous donne du fil à retordre, que vous n’arrivez plus à avancer parce que vous en avez ras-le-bol de travailler sur le même texte, essayez d’apporter du changement. Par exemple, si vous faites vos corrections sur papier (comme je vous encourageais à le faire dans cet article), faites un break et revenez sur ordinateur. Pas pour continuer vos corrections, mais plutôt pour déjà apporter les modifications sur PC dans les chapitres que vous avez déjà corrigés sur papier. Ça vous donnera le sentiment d’avancer et vous motivera à continuer
  4. Ne pas être trop pointilleux tant qu’on n’a pas fait appel à nos bêta-lecteurs. Inutile de psychoter durant 45 minutes sur la place d’une virgule, si au final après avoir discuté avec vos bêtas vous finissez par supprimer ce passage! Je me permets de faire cette suggestion parce que c’est exactement l’erreur que j’ai faite durant mon premier processus de correction 😅 Le mieux serait donc d’écrire votre premier jet. Faire une première relecture et réécriture au niveau du fond (est-ce que l’histoire tient la route, n’y a-t-il pas de trous dans l’intrigue, vos personnages sont-ils assez développés etc). Demander l’avis de vos bêta-lecteurs et éventuellement retravailler le texte en fonction des retours qu’ils vous font. Et une fois que vous êtes satisfaits du fond (et SEULEMENT A CE MOMENT-LA) vous pouvez vous pencher sur tout ce qui est orthographe, grammaire etc. Comme je le disais, pas la peine de polir un paragraphe pendant deux heures si au final il ne se retrouve pas dans la version publiée de l’histoire…
  5. D’ailleurs à ce sujet, si vous le pouvez (financièrement), faites appel à un relecteur/correcteur professionnel. Au moins pour la toute dernière lecture avant publication, histoire d’être sûr que vous n’avez plus laissé passer de coquilles. Vos lecteurs vous pardonneront s’il y en a une ou deux dans votre livre, mais si on en trouve à chaque page, ou presque, ce n’est pas génial. Déjà parce que ça perturbe la lecture (en tout cas moi je sais que si je suis plongée dans une histoire et que je tombe sur une faute d’orthographe ça me fait ressortir tout de suite du texte !), mais aussi parce que ça fait un peu amateur. Certes on est pas tous des génies de l’orthographe mais justement, c’est pour ça qu’il y a des gens dont c’est le métier 😊
  6. Ne pas tout faire en une fois quand on corrige son manuscrit. Chacun aborde la correction comme il veut… Mais je sais que moi j’ai fait une erreur monumentale en commençant la mienne. J’ai voulu tout faire en une fois. C’est-à-dire que j’ai cru pouvoir régler tous les problèmes en un seul passage: vérifier la structure, la cohérence, la qualité des dialogues et descriptions, les personnages, mais aussi le style, la syntaxe, la grammaire, l’orthographe, les répétitions, bref tout! 😱 En un seul passage pour pas devoir relire mon manuscrit dix fois… Inutile de dire que ça a été une catastrophe! 😅 Et je pense que c’est justement pour ça que j’ai mis tellement longtemps à finir mes corrections… J’aurais dû faire plusieurs passages, en me concentrant chaque fois sur un ou deux aspects différents, ça aurait été beaucoup plus facile et plus rapide sans doute… Mais bon, on apprend en faisant des erreurs, donc maintenant je le sais pour la prochaine fois 😊
  7. Sachez une chose: Au bout d’un moment, vous allez certainement détester votre propre roman… Ou en tout cas en avoir sérieusement marre! C’est normal, des tas d’écrivains passent par là. A force de lire, relire, réécrire, re relire, re réécrire toujours le même texte, au bout d’un moment il nous sort par les yeux! Et on est même plus sûr qu’on l’aime au final… C’est normal, pas de quoi paniquer… Au mieux, prenez sur vous pour passer au travers de cette sensation et continuez à travailler… Au pire laissez de nouveau votre manuscrit de côté pendant quelques temps, en n’oubliant pas de noter quelque part où vous en étiez dans vos corrections pour savoir où reprendre plus tard… Cela vous permettra encore une fois de revenir avec un regard neuf 😊

Voilà pour ces petites choses que j’ai apprises en corrigeant mon roman. Et vous, avez-vous d’autres conseils ? N’hésitez pas à les partager en commentaire 😃

Un petit mot à ajouter ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.