Lettre à Janine Boissard

Hello tout le monde, 😊

Vous le savez si vous avez lu ma critique littéraire la semaine dernière, j’adore Janine Boissard. Comme je l’ai dit sur Instagram, elle est : « Ma reine, mon mentor, mon inspiration éternelle, celle qui m’a donné envie d’écrire dès mes 15 ans ». Bref c’est mon écrivain favori (pour elle je ne le mets plus au féminin car elle a précisé dans un livre qu’elle n’aimait pas). Elle a accompagné mes questionnements d’adolescente, mes doutes de jeune femme, mes besoins de beauté et de bienveillance…J’ai donc eu envie de lui adresser une lettre, pour lui dire à quel point elle a marqué mon parcours de vie. Je sais qu’elle ne la lira jamais, mais ce n’est pas grave. Moi je saurai que j’ai eu l’occasion de le lui dire…

 

Chère Janine Boissard,

J’aimerais vous dire : « Merci ». Je me doute que je ne suis pas la première à vous le dire, mais Merci, du fond de l’âme. Pour toutes ces choses que vous m’avez apportées. Vous m’avez appris ce qu’est une vraie famille, à défaut d’en avoir une moi-même. Je ne suis pas orpheline, loin de là, mais ma famille est l’inverse de la vôtre (et de celles que vous décrivez si bien). Silences, non-dits et une certaine solitude. Mais le résultat a été le même : ce besoin d’être reconnue et aimée. Pour celle que je suis vraiment, et pas le masque que je me suis sentie obligée de porter durant si longtemps. Vos livres m’ont tellement parlé, en particulier ceux qui racontaient votre propre histoire. J’ai moi aussi grandi en ayant le sentiment de ne pas être à ma place. Sauf que moi je disais : « en décalage par rapport aux autres ». Il m’a fallu longtemps pour comprendre qu’en plus de ces autres, je me sentais en décalage par rapport à moi-même surtout. Comme si je ne m’habitais pas réellement, que je regardais quelqu’un d’autre vivre ma vie…Ou la laisser filer plutôt…J’ai mis du temps à comprendre que c’était parce que je me refusais à être qui je suis réellement. Un écrivain.

Là aussi, c’est à vous que je le dois. La flamme s’est allumée à la lecture de vos histoires. ‘‘ Moi Pauline’’ en premier lieu. ‘‘ Une grande petite fille’’ ensuite. ‘‘ Vous verrez, vous m’aimerez’’ pour terminer. Je ne compte plus le nombre de fois où vos mots ont provoqué en moi ce cri de l’âme : « Mais oui, c’est ça ! ». C’est ce que je ressentais, sans même le savoir. Pour moi, c’est la marque d’un grand et véritable écrivain. Après vous avoir découverte, dès l’âge de 15 ans j’ai voulu écrire moi aussi. Une flamme que j’ai étouffée durant les 16 années qui ont suivi. Car écrire « ce n’est pas un vrai métier », n’est-ce pas ? Et on m’a élevée dans le mythe du diplôme universitaire et de l’emploi respectable (mythe dans lequel j’ai lamentablement échoué d’ailleurs…Dieu merci !). Ce n’est que l’année dernière que j’ai enfin admis à voix haute que je voulais être écrivain. J’ai senti des verrous sauter en moi, et des chaînes me libérer. Malgré tout, je doute encore. Saurai-je dire ? Sera-ce intéressant ? Suis-je assez douée ?

 

Merci pour la flamme Mme Janine Boissard
Merci pour la flamme Mme Janine Boissard

J’aimerais mettre en lumière l’obscurité de l’âme. Éclairer les recoins sombres et secrets de l’esprit. Permettre à mes lecteurs de se dire à leur tour : « Mais oui, c’est ça ! C’était là et je ne le savais même pas ! ». Illuminer toutes ces choses qu’ils ont en eux sans s’en rendre compte. Toucher leur âme, comme vous avez touché la mienne. J’ai peur de ne pas y arriver, de ne pas savoir transmettre l’amour et la lumière comme vous. On ne m’a pas appris à faire ces choses-là. Il se peut que j’aie seulement plus d’obscurité ou de noirceur à leur offrir.

Mais malgré le doute et la peur, la flamme est là, grâce à vous. C’est la raison pour laquelle je voulais vous dire Merci. Merci pour la flamme. Merci pour le cœur. Merci pour l’âme que vous avez partagée, et qui brille maintenant enfin en moi. En espérant qu’elle ne s’éteigne plus jamais…Mais même si c’était le cas, un seul de vos ouvrages suffirait à la ranimer. Ce dont je vous serai éternellement reconnaissante.

Bien à vous,

Emily

Un commentaire sur “Lettre à Janine Boissard

Un petit mot à ajouter ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.