Tout sur les bêta-lecteurs

Hello tout le monde, j’espère que vous allez bien 😃

Cette semaine on parle bêta-des lecteurs: qu’est-ce que c’est, où les trouver, comment procéder avec eux etc etc. Je voulais aborder le sujet en une fois, mais je me suis aperçue que ça ferait beaucoup trop long, donc je publierai la deuxième partie mercredi prochain. Aujourd’hui on va voir pourquoi faire appel à un BL, qui choisir, qu’est-ce qui fait un bon BL et combien faut-il en avoir…

Comme toujours, je vous laisse la vidéo ici, mais l’article est ci-dessous aussi 😊

C’est quoi des bêta-lecteurs ?

Un bêta-lecteur, c’est simplement quelqu’un qui va lire votre manuscrit avant la publication de votre livre et vous donner son avis afin de vous permettre de l’améliorer. Ça c’est la définition basique.

Pourquoi faire appel à BL?

A force de travailler sur notre manuscrit, on ne voit plus certaines choses. Ou alors le texte nous paraît clair car on a écrit l’histoire, on la connaît de fond en comble, mais il ne l’est pas forcément pour quelqu’un qui le découvre. Un bêta-lecteur vous livrera donc un premier avis et un feedback objectif, afin de vérifier notamment la clarté et la cohérence de votre texte.

Attention un bêta-lecteur n’est pas un correcteur. Son but premier n’est pas de corriger les fautes d’orthographe, de grammaire ou de syntaxe qu’il pourrait y avoir dans votre roman. Cela dit, tout le monde n’a pas les moyens de faire appel à un correcteur professionnel, surtout quand on passe par l’auto-édition. Et encore plus quand on démarre. Donc si vous avez de bonnes relations avec vos BL, vous pouvez éventuellement leur demander de vous signaler les coquilles qu’ils repèrent, sans pour autant transformer leur aide en job de correcteur. Et en plus, si vous avez des BL en or, ils le feront sûrement d’eux-mêmes.

Deuxième précision : vous vous demandez peut-être si vous devez payer vos BL. La réponse est non. Certains se font payer mais dans ce cas ce sont plutôt des relecteurs et/ou correcteurs professionnels justement. Pour moi c’est une étape par laquelle vous pouvez passer, mais plutôt à la fin, en dernière relecture avant la publication du roman. En revanche, même si vous ne payez pas vos bêta-lecteurs en cash, il y a d’autres façons de les remercier. Déjà en leur disant merci, tout simplement, et en exprimant votre reconnaissance. S’ils sont eux-mêmes auteurs, vous pouvez les remercier sur les réseaux sociaux en les identifiant pour les mettre en avant. Vous pouvez aussi leur offrir un exemplaire, dédicacé ou pas, lorsque votre livre sortira. Avec en plus des goodies, si vous en avez créés. Comme un marque-page avec la couverture de votre roman par exemple. Mais pour moi le top, ça reste quand même de les mentionner si vous ajoutez une page « Remerciements » dans votre livre…

Qui choisir comme bêta-lecteur ?

Précisons tout de suite deux choses: pour commencer, à mon sens ce n’est pas vous qui choisissez vos BL, ce sont eux qui vous choisissent. Vous pouvez demander à 50 personnes de lire votre manuscrit, si personne n’accepte, vous vous retrouvez sans bêta-lecteur. Vous n’êtes donc pas seul à décider.

Ensuite, permettez-moi d’aborder un point qui suscite parfois la polémique. Est-ce judicieux de demander à vos proches d’être vos bêta-lecteurs ? Pour moi c’est un non-débat. Certaines personnes pensent que c’est une mauvaise idée, car le regard de vos proches est biaisé. Ils vous aiment, ils veulent vous voir réussir, ils ne veulent pas vous blesser (parce qu’on sait tous à quel point les auteurs peuvent être sensibles, voire susceptibles, au sujet de leurs écrits). Donc ils ne sont pas forcément très objectifs. De plus, comme ils vous connaissent bien, ils savent “comment vous parlez”, et peuvent facilement imaginer le ton,l’intention, voire même l’intonation, que vous avez mis dans un texte, au-delà des mots écrits. Du coup ils comprendront mieux le message, ce qu’un inconnu ne pourra pas faire, ou plus difficilement. Ça peut sembler bizarre comme argument, mais il m’est arrivé de l’entendre. Ma soeur et l’une de mes meilleures amies me l’ont dit toutes les deux. Donc ce n’est pas complètement idiot 😉

Personnellement, je pense que vos proches peuvent être utiles. Ce n’est pas parce qu’ils vous aiment qu’ils ne peuvent pas être objectifs et vous faire des critiques constructives. Il suffit de leur demander d’être honnêtes, en précisant que vous ne prendrez pas mal les éventuelles remarques qu’ils vous feraient. Et le fait qu’ils sachent comment vous vous exprimez peut être un avantage. Si le message ne passe pas bien, vos proches qui vous connaissent et comprennent ce que vous vouliez dire pourraient vous aider à y parvenir.

Cela dit, je crois que les proches sont plutôt des “alpha-lecteurs”. Dans le sens où ils peuvent vous faire un premier retour sur votre texte, même en cours d’écriture. J’ai demandé à mon homme et à sa mère de lire mon premier jet, alors qu’il y avait encore des passages barrés, incomplets, mes propres remarques dans le texte et ça ne les a pas empêchés de me faire un retour. Par contre, vous aurez quand même besoin de faire appel à des personnes extérieures, pour avoir la plus grande objectivité possible.

Certains trouvent aussi qu’il vaut mieux ne pas faire appel à d’autres auteurs pour bêta-lire votre roman, car il pourrait y avoir une confusion dans les styles. Ils auront peut-être leur propre avis sur la façon dont telle ou telle chose devrait être écrite car c’est comme cela qu’eux l’auraient écrite. Ça peut parfois même devenir blessant s’ils manquent de tact en le disant. Personnellement je ne partage pas cet avis. Nos collègues auteurs auront un œil plus exercé et c’est une très bonne chose. En revanche, je suggère d’avoir quand même, en plus, un ou deux BL qui ne sont pas écrivains. Afin d’avoir également l’avis d’un lecteur lambda, qui ne connait pas « l’envers du décor » et découvrira votre roman de la même façon que les milliers d’autres que je vous souhaite d’avoir.

Quoi qu’il en soit, ne faites pas l’erreur de demander à quelqu’un que vous ne connaissez pas d’être votre beta lecteur. Je vous le dis parce que ça m’est arrivé sur Instagram. Un gars avec qui je n’avais jamais discuté, même pas échangé deux mots en commentaire, qui venait juste de s’inscrire sur Instagram et qui comme ça, sorti de nulle part, m’a demandé d’être sa beta-lectrice. En soi le fait qu’on ne se connaisse pas aurait pu ne pas me poser problème, je comprends qu’on ne soit pas tous au courant du « protocole », si je puis dire, en la matière. Donc j’ai décliné très courtoisement sa proposition en disant que j’étais moi-même en plein processus de correction, donc je n’étais pas certaine d’avoir le temps nécessaire à accorder à son roman (un thriller en plus, alors que j’ai horreur de ça! Mais bon…). Et là, le monsieur l’a très mal pris, il a commencé à s’énerver, à dire que je mentais sur le fait d’être occupée…Enfin bref, inutile de dire que je l’ai gentiment envoyé se faire voir… Mais au passage je lui ai quand même précisé que ce n’était pas la meilleure façon de procéder. Il vaut mieux d’abord développer un minimum d’interactions avec la personne à qui on demande d’être son bêta-lecteur… Ce qui soit dit-en passant ne l’a pas empêché de me recontacter deux mois plus tard avec un autre compte pour me demander exactement la même chose, en ayant des réactions tout aussi odieuses. Et je n’ai pas été la seule à qui il a fait le coup. Ça c’est l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire !
Qu’est-ce qui fait un bon BL et combien faut-il en avoir ?

Premièrement il faut quelqu’un qui ait non seulement envie de lire votre manuscrit, mais aussi qui ait du temps à y consacrer. Le rôle d’un BL n’est pas juste de recevoir des histoires à lire gratos et de vous dire: “J’aime bien” ou “J’aime pas”. Ça demande un peu plus d’investissement que ça donc il faut être un minimum disponible. Ensuite, la règle d’or c’est de faire des critiques bienveillantes et C-O-N-S-T-R-U-C-T-I-V-E-S. Toujours, toujours constructives ! Un bêta-lecteur qui vous dit: “Ton roman c’est de la merde”, n’est pas un bon bêta-lecteur et vous ne devriez pas hésiter à cesser votre collaboration avec lui… La bêta-lecture est faite pour vous aider à améliorer votre roman, qu’il s’agisse de l’intrigue, des personnages, du rythme, peu importe. Il faut donc que vos BL puissent vous faire des commentaires utiles en ce sens. A ce titre, il faut évidemment faire appel à des gens qui aiment lire (de préférence en tout cas) et discuter de leurs lectures.

Quant à savoir s’il vaut mieux privilégier des personnes qui aiment lire le genre dans lequel vous écrivez, il y a du pour et du contre. Effectivement il serait plus sensé de proposer votre génialissime histoire d’extraterrestres mutants à quelqu’un qui aime la Science-Fiction. Si vous la faites lire à quelqu’un qui déteste ce genre, cette personne risque de ne pas l’aimer par principe et vous faire un retour biaisé par ce manque d’appréciation pour le genre en lui-même. De plus, un fan de SF pourra vous dire si votre texte respecte les codes du genre (bien que rien ne vous empêche de les briser, surtout si c’est fait intelligemment) et s’il ne ressemble pas trop à d’autres romans. On est influencés par nos lectures, et personne ne peut avoir lu tous les livres issus d’un même genre. Donc on n’est jamais à l’abri d’avoir malgré nous repris des éléments trop ressemblants à certains d’entre-eux. Ce serait bête d’être accusé de plagiat, ou tout du moins d’avoir piqué des idées à un autre écrivain… Dans cette optique, on voit l’intérêt de faire appel à des BL passionnés par le genre dans lequel on écrit. Mais l’inverse est vrai aussi. Si vous avez un BL qui déteste la SF et qui pourtant adore votre histoire, c’est plutôt bon signe…

En ce qui concerne le nombre de bêta-lecteurs à avoir, je serais tentée de dire qu’au plus vous en avez, au mieux c’est. Pourtant, là aussi il y a des nuances à apporter. Je dirais que plus votre histoire est complexe, plus vous aurez besoin de BL. Si vous avez un univers très riche par exemple, il peut être bon d’avoir le plus d’avis possibles. Vous aurez besoin d’un maximum de regards extérieurs pour vous assurer que tout tient la route, qu’il n’y a pas d’incohérences, de trous dans l’intrigue, que vos personnages sont suffisamment développés… Mais de là à poser un nombre précis, c’est assez compliqué. Certains auteurs auront 5 BL, d’autres 10, d’autres 50… Tout dépend vraiment de vous, votre histoire et ce que vous pouvez gérer. Parce que de votre côté vous aurez du boulot aussi, on y reviendra la semaine prochaine. On verra aussi où trouver vos BL, à quel moment faire appel à eux et comment travailler avec eux…

Donc pour ne pas rater la suite de cet article, n’hésitez pas revenir mercredi prochain. Ou pourquoi pas à vous abonner à ma newsletter, afin de recevoir tous les articles dans votre boîte de réception une fois par mois 😃  Pour cela, rien de plus facile, il suffit ce cliquer ici

On se retrouve mercredi pour la suite de cet article sur les bêta-lecteurs. D’ici là portez-vous bien ! A mercredi ! 😘

6 commentaires sur “Tout sur les bêta-lecteurs

  1. Vaste sujet, très bien traité.
    Je suis d’accord pour les proches, ils peuvent être objectifs eux aussi. Quant au nombre de BL – point trio n’en faut. Car quand il faut ensuite reprendre toutes les « critiques » de tout le monde, ce n’est pas toujours évident. Mais dans un sens comme dans l’autre, c’est un partage très enrichissant.
    Par contre certaines personnes ne prennent clairement pas la mesure de ce qu’est une bêta lecture. C’est pour ça qu’il faut en parler, écrire sur le sujet. Merci de l’avoir fait!

    1. Merci 😊 Oui trop de gens pensent qu’il s’agit juste de recevoir des histoires à lire gratuitement en disant simplement si c’est sympa ou pas… Alors que c’est tellement plus que ça! Et pour le fait de collecter les avis, j’en parle la semaine prochaine 😊😉

Un petit mot à ajouter ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.